Contact

Mairie de Villefranque

65 route de Saint-Pierre-d'Irube
64990 VILLEFRANQUE

Contact

Mairie de Villefranque

65 route de Saint-Pierre-d'Irube
64990 VILLEFRANQUE

Histoire

La  commune  de  Villefranque,  située  au  cœur  du  Labourd,  recèle  de  nombreux  atouts  en  ce  qui  concerne  le  patrimoine  culturel,   en  particulier  concernant  la  culture  basque.  Le  village,  tout  en  présentant  de  belles  maisons  labourdines  à  colombage,  de  prestigieuses  maisons  nobles, offre un petit patrimoine très riche, comme en témoigne, entre autres, la présence importante de stèles discoïdales

Origine du nom

À l'époque féodale, la création d'une ville sur son domaine était le moyen, pour un seigneur, de générer une activité économique (commerce et artisanat) plus lucrative fiscalement que le travail de la terre. La plupart des villes ou villages de France portant des noms comme Villeneuve, Villenouvelle ou Neuville, datent de cette époque. Dans certains cas, les villes fondées proposaient des exonérations fiscales à ceux qui venaient s'y installer. L'activité économique générée rapportait des revenus indirects tout aussi lucratifs (voire plus) que les taxes. C'est l'origine des villes s'appelant Villefranche, VILLEFRANQUE ou Francheville (franc signifiant à l'époque libre, gratuit).

Historique

Etymologie : Villefranque a pour nom basque Milafranga, qui en réalité vient du gascon « bièla franca » et signife « ville franche ». Son  nom originel était St Martin de Bazter ou Basters (1200), ce qui signifie « écart » en basque. Par la suite, la ville fusionna temporairement  avec  St  Pierre  d’Irube ;  la  Commune  fut  alors  rebaptisée  Tricolore,  lors  de  la  Révolution.  Un  habitant  de  Villefranque  se  nomme  un  milafrangar.

La légende du pont de Proudines

Selon la légende, le 24/8/1343, le maire de Bayonne fit capturer (pendant les fêtes locales du village) et attacher cinq nobles labourdins aux piles du pont de Proudines (au bas du Chateau de Miotz), où la marée montante les noya. (légende reprise par Taine dans son "Voyage aux Pyrénées", et illustrée par Gustave Doré).

Extrait de l'histoire des villes de France pour Bayonne

Les querelles de Bayonne avec les Basques offrent un plus grand intérêt ; le drame s'y mêle, saisissant et terrible. Peuple indépendant et courageux, les Basques, comme nous l'avois déjà dit, n'avaient jamais reconnu Bayonne comme leur capitale, comme le centre autour duquel ils dussent venir grouper leurs sym patines et leurs intérêts. D'un autre côté, les Bayonnais avaient toujours considéré avec colère les tendances indépendantes de ces populations ; ils supportaient surtout impatiemment la franchise accordée depuis longtemps aux denrées et marchandises destinées à l'approvisionnement du Labourd.

Parmi les plus fougueux adversaires de cette franchise se distinguait le maire, Pès de Puyane, homme rude et belliqueux, qui s'était plusieurs fois distingué par ses hauts faits comme amiral de la flotte anglaise. Ses compatriotes l'idolâtraient, et les mêmes motifs l'avaient rendu odieux aux populations basques. A peine installé dans ses fonctions, il fit prononcer par les cent pairs l'abolition de la franchise des Basques et mit à exécution, sans délai, cette délibération audacieuse. Il envoya des gardes au pont de Proudine, situé sur la Nive, pour exiger des montagnards le prix du passage, s'appuyant sur les anciens titres de la ville qui portaient sa juridiction sur cette rivière jusqu'au terme de la plus haute marée. Les Basques indignés s'attroupèrent devant le pont, dont ils forcèrent le passage en assommant les gardes. Dans le Labourd plusieurs marchands bayonnais furent aussi pillés et massacrés par eux.

Cependant, malgré l'agitation générale des esprits, les Escualdunacs se rendirent en foule à la fête de Villefranque le jour de la Saint-Barthélemy, 23 août 1341. Dans la soirée, un billet anonyme avertit Pès de Puyane que les montagnards rassemblés à Villefranque méditaient un coup de main contre Bayonne. Brûlant du désir de venger ses concitoyens, tués au pont de Proudine et dans le Labourd, le fougueux Puyane part aussitôt pour Villefranque à la tête d'une troupe nombreuse de gens armés. Il profite de la nuit pour enfoncer les portes du chaleau de Miots, où les principaux sont réunis. Il les tue tous, moins cinq gentilshommes qu'il emmène au pont de Proudine. Là, pour vérifier à l'amiable, dit-il, si le flot de la marée monte aussi loin que le prétend la cité de Bayonne, il fait attacher ces malheureux aux piles du pont. La marée montait ; les cinq gentilshommes disparaissent peu à peu ensevelis sous le flot. A la nouvelle de ces barbares représailles, tout le pays Basque se soulève contre Bayonne. La guerre civile s'organise, se prolonge pendant plusieurs années, et ne se termine qu'en 1357 par un jugement définitif rendu à Bordeaux et provoqué par le prince de Galles. On annula tout ce qui s'était passé entre les deux parties, haines, injures et dommages. Les habitants du Labourd conservèrent la'faculté de faire passer par la ville, sans acquitter les droits, les denrées destinées à leur usage; les Bayonnais furent condamnés à une forte amende.

La fontaine de Villefranque

Villefranque conserve le souvenir de sa fontaine miraculeuse où le Prince de Condé, souffrant de coliques néphrétiques, vint prendre un grand verre de cette « eau miraculeuse » sur les conseils du médecin Bayonnais Feuga. Quelques jours après, Condé rejeta “deux pierres rouges de la grandeur d’un pignon d’Inde.” Fort de cette réussite, Feuga publia en 1654 un ouvrage consacré à “l’usage des eaux minérales de la Fontaine de Villefranque” où il conseille, entre autres farces, de soigner la peste par “un bouclier composé d’une infusion d’eau de Villefranque, de poudre à canon et de vin rouge.”
Hélas cette fontaine est tombée dans l'oubli.

Villefranque : sauveté de l'évèque de Bayonne

En outre, Villefranque  était,  au  XIe  siècle,  une sauveté  (agglomération  créée  à  l’initiative  de  l’Église  et  jouissant  d’une  garantie  de  non  agression  accordée  par  le  seigneur local) de l’évêque de Bayonne, ce qui en fit une terre d’accueil et favorisa le développement de la population locale.

Patrie de Mgr Jean Saint-Pierre (1884-1951), un des plus grands écrivains basques, missionnaire, professeur de théologie, et évêque de Carthage, il se retira en 1937 à Villefranque. Son tombeau se trouve sous le porche d'entrée à l'église et porte ses armoiries.

Port fluvial

Il  est  important  de  noter,  que  Villefranque  était  un  important  port  fluvial,  de  part  la  présence  de  la  Nive.  Les  gabarres  accostaient au Port de Villefranque, situé à hauteur de l’actuel Quartier Ste Marie. Là, on vit se développer une importante activité artisanale,  telle que l’exploitation de la pierre ou encore la fabrication de chaussure, autour du XXe siècle.

Guerres napoléoniennes

Au XIXe siècle, la commune fut le théâtre de nombreuses batailles : les batailles napoléoniennes de la Nivelle et Saint-Pierre-d'Irube qui  opposèrent les troupes du général britannique Wellington à celles du Maréchal Soult. Ce dernier barrait la route aux britanniques à hauteur de  Villefranque, afin de les empêcher de gagner la ville de Bayonne. Les troupes britanniques établirent un pont sur la Nive, passèrent sur l’autre  rive, et débouchèrent sur première victoire à Villefranque le 9 Décembre 1813, avant la victoire finale à St Pierre d’Irube ((la Bataille de Villefranque qui opposa le 09/12/1813 les divisions du Général Anglais HILL à celles du Général Français DROUET D'ERLON).

Archéologie

Site archélogique avec des traces retrouvées dans l'actuelle zone de Duboscoa (silex, pointes...)

Les anciennes salines

Le  gisement  salin  du  bassin  aquitain  est  issu  de  dépôts  marins  âgés  de  plusieurs  millions  d’années.  Les  communes  de  Mouguerre,  Briscous et d’Urcuit possèdent des gisements de saumure, une eau dix fois plus saturée en sel que l’eau de mer.
D’antan, les anciens devaient user de lourdes techniques afin d’extraire cette eau et, en la cuisant, d’en extraire et cristalliser le gros sel.  Ce  sel  servait  alors  principalement  à  la  conservation  des  aliments  (poisson  etc.)  et  à  la  salaison  des  jambons.  Les  gisements  de  ces  communes ont depuis longtemps été utilisés à ces fins.
Aujourd’hui ils restent quelques bâtiments qui témoignent encore de l’activité de ces salines. Elles finirent de fonctionner vers le début du  XXe siècle. Dans les années 60, on pouvait encore voir une cheminée, aujourd’hui démolie.
Le sel était alors porté vers la Nive et placé sur des bateaux pour amener les chargements vers Bayonne. Un péage était installé sur la Nive.

Les anciennes carrières de pierre

Plusieurs carrières de pierre étaient exploitées sur la commune de Villefranque. La pierre exploitée était l’ophite. L’ophite est une sorte de  porphyre (sorte de granit) ainsi nommé parce qu’il rappelle, par son fond vert tacheté de blanc, la peau bigarrée des serpents. Ces pierres  étaient transportées par wagonnets jusque vers la Nive.
Aujourd’hui ces carrières, situées principalement dans le Quartier Bas, sont toutes désaffectées.